Aux origines de Saint-Nicolas

Publié par Actu Echosciences, le 30 novembre 2020   960

Xl 2d5775e735ae440d9c82a2cc23c1ea31

La fête de la Saint-Nicolas semble être une tradition toute spéciale à notre région Grand Est. Mais d'où vient-elle exactement ?  Grâce aux travaux universitaires d'historiens, quelques détails sur cet évènement aux antécédents méconnus. 

La légende de Saint-Nicolas 

Depuis le Moyen-Age circule la légende suivante : trois enfants glanaient au champ. Ne trouvant le chemin de la maison, ils demandent à passer la nuit chez le boucher, qui les tue, les découpent en morceau et les met dans le saloir de sa maison. 
Sept ans plus tard, saint-Nicolas passe à son tour et demande l'hospitalité du boucher. Il  lui demande à manger la viande salée 7 ans plus tôt. Effrayé, le boucher s'enfuit et Nicolas redonne la vie aux trois enfants. 

D'après certaines sources, ce schéma narratif se retrouve également dans la légende de Dionysos Zagreus, fil de Zeus et de Perséphone. Dans un récit, les titans parviennent à l'attirer, le tuer, le découper en morceau et le bouillir. Ils n'en font qu'une bouchée, laissant de côté son coeur. Athéna parviendra à retrouver le coeur de son frère et réussit à la ressusciter. 
A partir du XVIIIe siècle, l'image de Saint Nicolas est associée dans certains endroits à un acolyte inquiétant, le Père Fouettard pour les uns (en Lorraine), le Hans Trapp pour les autres (en Alsace)... il est dit qu'il emporte les enfants pas sages dans sa grande hotte. Dans certaines versions, il s'agirait du boucher ayant tué les trois enfants, condamné à accompagner Saint-Nicolas en repentance.
Il est représenté comme un personnage noir ou recouvert de suie, barbu et parfois cornu. Cela rappelle le dieu celte ténébreux et cornu "Cernunnos", équivalent celte de Dionysos. Dans certaines régions d'Europe, il est appelé "Krampus", une créature démoniaque qui donne des avertissements et des punitions aux méchants enfants. 


La Saint-Nicolas aujourd'hui

La fête telle que nous la connaissons aujourd'hui est dédiée à Nicolas de Myre, ou "Saint Nicolas". L'homme né à Patara, au sud de la Turquie aux alentours de 250 ap. JC devint évêque dans sa région et fut canonisé. 
Il est le saint-patron de toutes sortes de corporations, des enfants, des bateliers, des mariages, des avocats, des kinésithérapeutes, ou encore... des célibataires.

S'il est si important en Lorraine, c'est qu'au 10ème siècle l'une de ses phalanges, véritable relique sainte fut transférée dans la basilique de Saint-Nicolas de Port, au sud de Nancy. En 1477, il devient le patron de toute la Lorraine par décision de René II à l'issue de la bataille de Nancy ! Saint-Nicolas fut représenté sur les premières "images d'Epinal" imprimées dans la dite ville, avec sa crosse, son âne et les enfants qu'il a sauvé du saloir d'après le conte originel. 




Dans certains endroits, la fête est encore plus importante que Noël. Les fêtes de Saint-Nicolas organisées à Nancy sont même inscrites à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO en 2018. Chaque année dès le mois de février, commerçants, écoles, associations, artistes se mobilisent pour organiser les fêtes de décembre et le marché de la Saint-Nicolas juste avant Noël. Un grand défilé a lieu, mobilisant toutes les communes environnantes. 

L'évènement rayonne partout dans le Nord-Est, du Nord-pas-de-Calais à la Suisse, en passant par la Belgique et l'Allemagne. La fête est désormais célébrée dans une grande partie de l'Europe, lors de la nuit du 5 au 6 décembre. Dès le XIXe siècle, Saint-Nicolas est supposé passer dans chaque maison pour récompenser les enfants sages.

Via les migrants néerlandais, "Santa Niclaus" s'exportera même aux Etats Unis pour devenir... "Santa Claus", qui reviendra en force au 19ème siècle sous l'aspect du "Père Noël" commercial plein de bonhommie que nous connaissons tous. 

Les évènements dans la région

En cette période de fin d'année ralentie par la deuxième vague épidémique de Covid-19, peu d'évènements sont organisés dans la région, ni pour la Saint Nicolas, ni pour Noël. 
Pour ne rien perdre de cette tradition, nous vous encourageons toutefois à aller consulter le document en pièce jointe sur les spécificités et l'importance de cette fête dans la région Grand Est. 

Une véritable leçon d'histoire qui perdure chaque année grâce à la mobilisation de centaines de personnes et d'acteurs du territoire ! 

Sources : 

- Les fêtes de Saint Nicolas à Nancy, fiche d'inventaire du patrimoine culturel immatériel. (consultable en pièce jointe de l'article)

- Munaro, L. Du dieu cornu à Saint Nicolas, 2014. 

Eléa Héberlé pour l'Equipe d'Echosciences Grand Est.