Conférence – Rencontre – Débat

[ANNULATION] Les 10 sens

La Proprioception : savoir où se situent nos propres membres

C'est certainement le sens supplémentaire identifié le plus tôt. Dès 1906, le physiologue anglais Charles Sherrington propose ce terme, que d'autres scientifiques avaient qualifié de "sens musculaire" ou "sens kinesthétique". Il désigne notre capacité à identifier l'emplacement de nos propres membres. "La proprioception c’est la capacité que nous avons à détecter la position de certains membres de notre corps, précise François Le Corre. Par exemple quand vous voulez ouvrir une porte, vous allez devoir ouvrir votre main d’une certaine manière, exercer une certaine force, etc… Cette détection d'informations de type proprioceptif n’est que rarement consciente, et c'est peut-être pour cette raison d'ailleurs que nous avons longtemps ignoré ce sens."

L'Equilibrioception : maintenir son équilibre

"Pour l'équilibrioception, on considère que la partie du corps impliquée est le système vestibulaire, situé dans l'oreille interne, qui nous informe sur la position et l'orientation de notre corps, assure François Le Corre. L'équilibrioception est fortement liée à l'audition ; certaines personnes qui souffrent par exemple d'hypoacousie - diminution brutale de l'acuité auditive - peuvent parfois subir des vertiges ou des pertes de l'équilibre." 

L'equilibrioception, ou sens vestibulaire, détermine notre sens de l'équilibre. Au même titre que la proprioception, le sens de la vue n'est pas nécessaire pour avoir une idée de notre inclinaison. 

Certaines cultures que l'on peut difficilement soupçonner d'avoir été influencées par les théories d'Aristote considèrent déjà que l'équilibrioception est un sens à part entière. L'anthropologue Kathryn Geurts a ainsi découvert que les Anlo-Ewe, un peuple du Ghana, admettent le sens de l'équilibre en plus des cinq sens traditionnels, comme le raconte François Le Corre :

L’une des raisons pour lesquelles ils considèrent ce sens comme un sens à part entière c’est parce que la capacité à tenir en équilibre, et à faire tenir des objets en équilibre sur la tête, est considérée comme une capacité qui permet de différencier les êtres humains des autres animaux non-humains. Cette symbolique des sens est ce qui convainc certains chercheurs en sciences sociales à défendre que les sens ne sont pas seulement des systèmes biologiques, mais également des systèmes culturels - une hypothèse que l'on trouve déjà formulée chez le jeune Marx dans ses Manuscrits de 1844.

La Thermoception : ressentir les températures

Sollicitée en permanence, notre aptitude à détecter la température semble être une évidence : c'est la thermoception, ou thermoréception. Elle est la sensation non douloureuse de la température grâce à des récepteurs cutanés : les thermorécepteurs, situés dans notre corps, et plus particulièrement dans notre épiderme. 

Il faut d'ailleurs différencier les thermorécepteurs cutanés des thermorécepteurs homéostatiques, qui permettent de contrôler la température interne du corps.

La Nociception : connaître la douleur

La nociception est le sens de la douleur. Cette fonction défensive permet au système nerveux d'intégrer le stimulus de la douleur grâce aux nocirécepteurs, qui peuvent être cutanés (et liés aux thermocepteurs quand les températures sont insupportables), musculaires ou articulaires. 

Une maladie très rare, l'algoataraxie, peut provoquer l'absence de formations des nocirécepteurs : les autres sens ne sont pas touchés, mais l'absence de ressenti de la douleur est extrêmement dangereux, car elle empêche le corps de répondre de façon approprié au danger. 

le
oct. 5 2020

De 21:00 à 23:00